LA LETTRE DE L'HONORABLE ALBUS DUMBLEDORE

Bonjour, chers amis moldus!

J’ai décidé de vous écrire dans le cadre du site Poudlard sur le WEB pour deux raisons essentielles:

– vous êtes curieux d’en savoir plus sur la nature des sorciers et sorcières, sinon vous ne seriez pas là à me lire, et;

– je suis tout aussi curieux que vous d’en apprendre plus sur la culture moldue.

Cette chronique touchera donc à différents aspects des personnages des romans de J.K.Rowling, dont je fait partie, et de la transposition, cinématographique et littéraire, qui en a été faite dans le monde des moldus. J’espère d’ailleurs un jour pouvoir ajouter un cours de compréhension moldue au programme de Poudlard. En effet, quand on se connaît mieux, on s’apprécie d’avantage.

Sans plus tarder, passons au vif du sujet.

LE CINÉMA

 

Avez-vous noté que Dudley Dursley (Dodlinouchet pour les intimes) est résolument blond dans les écrits de l’auteure mais tout aussi résolument noir dans les films? Il existe pourtant des potions permettant de changer la couleur des cheveux chez les moldus, non? J’ai entendu dire que c’était la potion «shampoing colorant». Reste que le jeune Melling réussit à rendre parfaitement l’esprit -ou devrait-on dire le manque d’esprit? – de l’irascible cousin.

Soit-dit en passant, savez-vous quel est le prénom de ce jeune acteur? La réponse est dévoilée au bas de cette page (Harry!!! – Henry Arthur David Melling – , il y a vraiment de ces coïncidences!)

 

Un autre sujet qui me préoccupe au plus haut point est celui de mon image. Eh oui, j’ai droit à mes instants de vanité, moi aussi! Quand Richard Harris est devenu mon alter-ego au grand écran, je dois avouer avoir ressenti un choc en le voyant apparaître dès les premières scènes de «L’école des sorciers». Pour tout vous dire, je le trouvais un peu maigrichon pour tenir le rôle mais, le maquillage et le costume aidant, je me suis soudainement vu à l’écran comme dans un miroir. C’est donc avec tristesse que j’ai appris le décès, pourtant longtemps annoncé, de ce grand acteur si aimé de tous.

 

Quelle ne fut pas ma surprise aussi quand on annonça que Michæl Gambon allait prendre la relève. Michæl qui? Je ne pus mettre un visage sur ce nom qu’en faisant appel à la technologie moldue de l’Internet. Or, pour autant que je puisse en juger par les quelques photos que j’y ai glanées ici et là, l’homme semblait plutôt taillé pour tenir des rôles de tenancier d’hôtel ou de vieux politicien rusé – ne lui trouvez-vous pas des airs de famille avec notre honorable Ministre de la Magie. Cornelius Fudge?

J’étais d’autant plus confondu que le choix de Christopher Plummer m’apparaissait évident. Même stature, même visage anguleux, même nez aquilin, même timbre de voix – pour ceux d’entre vous qui ont écouté la version anglaise des films bien sûr - que ce regretté Richard Harris.

Quoiqu’il en soit; «Quand le vin est tiré il faut le boire», il faudra donc que je m’habitue à voir M. Gambon «m’interpréter» à l’écran. J’ose toutefois croire que ce choix n’est pas attribuable à cette politique de distribution artistique ridicule qui voudrait que seuls des acteurs britanniques soient considérés pour tenir des rôles d’élèves ou de professeurs de Poudlard. J’ai du mal à croire qu’un acteur de la stature de M. Christopher Plummer ait été ignoré du seul fait qu’il soit canadien, lui qui est un artiste dans la plus pure tradition shakespearienne et qui a joué le rôle de Sherlock Holmes (Murder by Decree), Rudyard Kipling (The man who would be king) et Le Duc de Wellington (Waterloo) dans des production cinématographiques anglaises. Il est sûrement tout aussi qualifié que l’était M. Harris et que l’est M. Gambon, tous deux irlandais!

Cette politique, si elle existe, va à l’encontre même du message que transmet l’œuvre de Mme Rowling. Les non-britanniques seraient-ils devenus les «sang-de-bourbe» du cinéma?

Pour terminer la chronique cinéma sur une note moins sérieuse, qui peut m’expliquer pourquoi l’ouverture de l’antre du Basilisque, dans le film comme dans le livre d’ailleurs, est cachée derrière un robinet de lavabo? Salazar ayant caché la bête sous les fondations de Poudlard il y a plus de mille ans, il ne peut avoir camouflé l’entrée avec des appareils dont la technologie remonte à un ou deux siècles tout au plus, non?

LES LIVRES

Si, comme je le pense, vous êtes pour la plupart des fans de Harry Potter, vous savez déjà que l’école de Poudlard s’appelle de fait «Hogwart».

Traduire, c’est toujours un peu trahir. J’ai eu le plaisir de lire les versions originales anglaises et les traductions françaises, faites par M. Jean-François Ménard, des aventures de Harry Potter. Sachant que J.K.Rowling a enseigné le français à l’école, ne serait-il pas intéressant de connaître son opinion sur cette traduction?

C’est sous la forme d’un petit jeu des devinettes que je vous invite à découvrir certains des aspects de cette traduction. Voyons-donc l’état de vos connaissances – ou l’acuité de votre flair – en la matière! Les réponses sont au bas de la page.

1– Bien que la plupart des personnages principaux aient conservé leurs noms et prénoms intacts, certains ont vu l’un et l’autre modifiés de façon presque imperceptible. Parmi les choix suivants, lequel de ces personnage a subi tel outrage?

a) Albus Dumbledore

b) Drago Malefoy

c) Minerva McGonagall

d) Ron Weasley

Réponse: b) bien sur! Draco Malfoy a hérité d’un «g» à la place du «c» dans son prénom et d’un «e» intercalé entre les deux syllabes de son patronyme. Or la francisation du prénom (Drago pour «Dragon»?) s’est faite au détriment d’un prénom issu du latin et non de l’anglais, un dragon restant «a dragon» en anglais. Quant à son nom de famille, il était déjà en français, alors pourquoi ce «e»?

2– Hermione Granger a gardé nom et prénom intacts en traversant la manche. Or, si ce prénom est rarement donné aux jeunes francophones, il est rarissime de le retrouver en Angleterre.Tellement que J.K.Rowling s’est sentie obligée d’en donner la prononciation exacte dans «La Coupe de Feu». Quelle-est la prononciation exacte de «Hermione» en anglais?

a) «R» «maille» «onne»(comme dans «bonne»)

b) «R» «mi» «onne»(comme dans «bonne»)

c) «R» «mi» «onné»(comme dans donné)

d) «R» «maille» «honni»(comme dans «Honni soit qui mal y pense»)

Réponse: d)! Si la chose peut vous réconforter, sachez que la prononciation en est tout aussi difficile pour les petits anglophones qu’elle peut l’être pour vous.

3– Le professeur Severus Rogue a gardé son prénom mais a changé de patronyme, lequel est le bon?

a) Severus Squale

b) Severus Snappy

c) Severus Snape

d) Severus Severe

Réponse: c). Celle-là était facile. «Snape» (prononcez «Snaip») désigne, en anglais, un madrier servant à renforcer les membrures d’un navire. Mais ici il s’agit d’une déformation du terme «snappy» (sec, prompt, «pête-sec»), d’où l’usage en français d’un nom qui s’en rapproche (rogue= arrogant, avec une nuance de raideur et de rudesse, selon Larousse).

4– L’Euro n’a pas plus atteint le monde des sorciers anglais que celui des moldus anglais. On y compte toujours en Gallions, Mornilles et Noises, ou plus précisément;

a) Galleons, Sickles and Knuts

b) Galleons, Slices and Nuts

c) Gallena, Sickles and Knobs

f) Garter, Suspenders and Sneakers

Réponse: a). Soit-dit en passant, dans «L’école des sorciers», une sorcière faisant ses emplettes sur le chemin de traverse se plaint que l’once de foie de dragon soit à dix-sept Mornilles. Or, un peu plus loin dans le texte, Hagrid nous apprend que le Gallion d’or vaut justement dix-sept Mornilles d’argent. Pourquoi ne pas alors tout simplement s’exclamer; «Ciel! Un Gallion l’once!»?

5– Pour terminer ce petit jeu, pouvez-vous me dire ce que signifie «Hogwart» au juste?

a) Pou de lard

b) Phacochère

c) Rien de particulier, c’est un nom inventé

d) Verrue de cochon

Réponse: d)! À ne pas confondre avec «Warthog» (Phacochère). Un «hog» est un cochon châtré que l’on élève pour le manger.

J’espère que cette petite missive aura su vous instruire tout en vous divertissant. Si vous désirez commenter mes propos, n’hésitez pas à le faire dans le forum du site en débutant votre texte par «Cher Albus». Je ne peux vous promettre de répondre mais je vous assure, sur la tête de Fumseck, que je vous lirai.

Avant de nous quitter, une dernière devinette dont je ne vous donnerai toutefois la solution que lors de ma prochaine lettre. Un seul cours offert à Poudlard pourrait être donné par un professeur moldu le cas échéant, sans pouvoirs ou magie, lequel?

 

Bien à vous, Albus Dumbledore.

 

RUBRIQUE SOUS COPYRIGHT--Si vous trouvez ce texte dans un autre site HP, avertir le webmaster qui sera très fâché!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×